5 étirements pour améliorer la mobilité de votre cheval

Table des matières

Les chevaux, tout comme les humains, peuvent souffrir de courbatures et respirer de manière trop superficielle. Les étirements permettent de prendre conscience des côtes et du diaphragme du cheval, et peuvent l’aider à respirer plus profondément et plus efficacement.

Lors des étirements, le but sera d’essayer d’imiter les mouvements que vous demanderez au cheval de faire une fois en selle. Et d’éviter les flexions excessives. Des mouvements de faible amplitude, juste assez pour permettre aux muscles de s’ajuster et de s’étirer, peuvent aider à la mobilité, surtout si l’activité de votre cheval est plutôt modérée.

La mise en place d’une routine adaptée pourra faire toute la différence dans la mobilité de votre cheval, mais aussi dans sa douceur, dans sa souplesse et dans la récupération globale. Commencez par piocher parmi les idées qui suivent, et voyez ce qui pourrait convenir au mieux !

Que faut-il savoir des étirements équins ?

Les étirements fléchissent les muscles de manière latérale, et dans le sens de la longueur. Le but est de travailler la posture de votre cheval de manière douce. Il n’est pas question ici de développer ses muscles.

Que faut-il savoir des étirements équins ?

La clé cependant sera de garder l’arrière-train engagé. Votre cheval doit rester actif et réactif, c’est pourquoi il ne faut pas confondre les étirements avec le relâchement et la détente. Dans la théorie, ces exercices peuvent donc convenir à tous les chevaux. Gardez toutefois à l’esprit la condition physique de votre cheval et l’effort fourni lors du dernier entraînement.

Par quoi commencer une séance d’étirements ?

Une étape clé mais souvent négligée pour gagner du temps : Promener votre cheval pour le détendre. Nous vous suggérons, si possible, de promener votre cheval à l’extérieur (idéalement) pendant 15 à 20 minutes.

Évidemment, l’encolure de votre cheval doit être à l’horizontale. Si vos rênes sont assez longues, votre cheval peut très bien baisser l’encolure vers le sol. Ce sera la position idéale pour faire quelques étirements du dos.

Notez également que les promenades à l’extérieur améliorent l’humeur du cheval et du cavalier. Alors ne lésinez pas, prenez le temps !

Si vous ne pouvez pas sortir, attachez une longe et promenez votre cheval avec les rênes retirées afin que celui-ci puisse se déplacer librement et s’échauffer sans porter le poids d’un cavalier sur son dos.

Mon programme

Étirement #1 : Etirement de la nuque

Placez votre main à plat sur la nuque de votre cheval. Appliquez une légère pression et encouragez-le à baisser la tête. Ne poussez jamais trop fort. Effectuez plutôt un mouvement de guidage. Écoutez votre cheval. Relâchez si nécessaire et répétez l’exercice jusqu’à ce que vous sentiez que votre cheval fait des progrès.

Étirement #2 : Etirement de la tête

Placez ici votre main sous la mâchoire pour la soutenir et encouragez la tête à se lever et à se baisser, de manière à étirer les muscles fléchisseurs. Cet étirement peut être difficile, alors assurez-vous d’avoir de la patience. Et d’encourager votre cheval avec douceur et bienveillance !

Étirement #3 : Etirement du cou

Placez votre main à la base du cou. Assurez-vous que votre cheval soit bien concentré et utilisez votre main comme guide pour l’inviter à tourner le cou à gauche et à droite, comme vous le faites lorsque vous êtes en selle et que vous le dirigez. Assurez-vous de ne jamais tirer trop fort. Rappelez-vous qu’il s’agit d’une méthode douce, d’un étirement soutenu, et non pas d’un mouvement rapide et brusque.

L’étirement du cou

Étirement #4 : Étirements musculaires latéraux

Plus complets que les étirements musculaires longitudinaux, ils consistent à étirer latéralement les épaules et les hanches tout en effectuant des mouvements vers l’avant. Cependant, les étirements musculaires longitudinaux et latéraux sont complémentaires. Il est tout à fait possible (et même recommandé, toujours selon l’état d’avancement de la séance d’entraînement de votre cheval) de combiner les deux.

Envisagez par exemple une flexion latérale, qui correspond à la flexion de toute la colonne vertébrale du cheval, de la tête à la queue. Le côté éloigné du cheval est étiré tandis que le côté proche est contracté et serré à différents degrés en fonction du niveau de flexion latérale. Travaillez en cercles, en demi-volte renversée ou en figure en 8.

Étirement #5 : Étirements de la jambe

En fléchissant légèrement son encolure, votre cheval se déplace en croisant les jambes.

N’oubliez pas de travailler cet exercice très progressivement. Dans la nature, un cheval utilise très peu ses muscles abducteurs et adducteurs. Il faut donc être patient.

Les étirements conviennent-ils à tous les chevaux ?

Oui, si les exercices sont bien faits, ils conviennent à tous les chevaux. Les étirements aident les chevaux de compétition à perfectionner leur posture et à améliorer leurs performances. Ils apportent également un confort et apaisent des douleurs spécifiques pour les chevaux plus âgés.

Quand planifier une séance d’étirements ?

Pour les chevaux de compétition, une séance d’étirements sera la chose idéale à planifier le lendemain d’une épreuve. Elle réduira drastiquement les courbatures provoquées par la compétition de la veille. Pour autant, ces exercices seront également bénéfiques avant ou après une simple séance d’entraînement. Réalisés en amont, ils aident votre cheval à garder sa ligne de dos ferme et à mieux travailler. Après une séance d’entraînement, les étirements aident votre cheval à récupérer.

Prévoyez régulièrement des séances d’étirement pour les chevaux plus âgés. Ils aident les chevaux à la retraite (précoce) à rester en bonne santé et en bonne forme générale !

Comment organiser une séance de stretching ?

Les étirements sont destinés à détendre votre cheval, et à l’aider à gagner en équilibre et en souplesse. En faisant des exercices d’étirements longitudinaux et latéraux, vous travaillerez également à créer un meilleur contrôle des hanches et des épaules de votre cheval.

N’oubliez pas cependant de suivre le rythme de votre cheval lors de l’exercice. Les exercices d’étirement peuvent être plus ou moins difficiles à réaliser en fonction de la forme et de l’état de son corps. Enfin, si votre cheval montre une certaine résistance lors de la séance d’étirement, il n’est probablement pas encore prêt pour l’exercice. Ou bien peut-être votre assistance est-elle trop ardue. Prendre plus de temps augmentera à coup sûr la facilité des exercices. Parfois, vous le savez bien. Il faut faire un pas en arrière, pour faire un grand saut vers l’avant !

LE BLOG SNEQUITATION